Fidèles à leur nom commun, les coléoptères Longicornes à fleurs (famille des Cerambycidae, sous-famille des Lepturinae) se trouvent sur les fleurs où ils se nourrissent de pollen et de nectar. Ils ont une affinité particulière pour les fleurs d’ombelles produites par mes membres de la famille carotte/persil/céleri (Apiacées, anciennement Ombellifères). Je regarde toujours de près la dentelle de la Reine Anne, où j’ai trouvé le scarabée célibataire montré au début de ce rapport et le couple en cavale montré ci-dessous. Les longicornes à fleurs sont considérés comme des pollinisateurs de plantes, bien que l’on sache peu de choses sur l’étendue de leur impact.

 Longicorne des fleurs

La plupart des espèces de longicorne des fleurs ont un corps plutôt étroit et de très longues pattes. Ils partagent également le trait de famille avec d’autres cérambycidés d’avoir de très longues antennes. Cependant, je ne sais pas pourquoi ils sont appelés « longhorn » plutôt que « longhorned » comme tous les autres membres de la famille des cérambycides. Peut-être que le premier spécimen type manquait une antenne (scarabées licorne?). Ou il existe une règle singulière pour les noms communs des sous-familles.

Du côté positif, les longicornes fleuris n’invoquent pas la peur et le dégoût attachés à certains mécréants familiaux comme le longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) (ALB); l’enfant affiche de facto de la famille ces dernières années. Bien sûr, ALB se comporte mal parce qu’il est nouveau pour nos arbres nord-américains. Il n’y avait pas d’offres Darwiniennes live et let live car ALB n’a pas co-évolué avec nos arbres et vice versa. À peine une justification de la cérambycidaphobie à large base.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.