La thérapie par l’insuline coma est utilisée dans cet hôpital depuis octobre 1951. Jusqu’en juin 1954, 89 patients avaient reçu un traitement complet. Un groupe de patients témoins très étroitement appariés a été obtenu, avec les conclusions suivantes:

1. Le groupe de coma insulinique a montré essentiellement le même nombre de patients améliorés que le groupe témoin. Les chiffres pour le groupe témoin étaient en fait légèrement meilleurs.

2. Les résultats dans le groupe diagnostiqué schizophrénie catatonique étaient bien meilleurs pour le groupe témoin que pour le groupe traité à l’insuline. Il n’y avait aucune différence dans les autres catégories de diagnostic.

3. Lorsque l’EST a été utilisé, il était au moins aussi efficace que le traitement par coma à l’insuline.

4. L’insuline n’augmente pas le taux d’amélioration chez les patients diagnostiqués de manière aiguë ou chronique.

5. Bien que les patients plus gravement malades reçoivent un traitement par coma à l’insuline, leur taux d’amélioration est le même que celui du groupe témoin.

Nous concluons que le traitement par le coma à l’insuline a eu peu de valeur en soi dans l’amélioration des patients qui l’ont eu. Nous oserions affirmer que les résultats que nous avons obtenus, qui n’égalent que les résultats d’un groupe très similaire ne recevant pas d’insuline, étaient dus à des efforts somatiques et psychothérapeutiques simultanés avec le traitement par coma à l’insuline. L’hospitalisation psychiatrique a duré en moyenne 3 mois de plus par patient du groupe insulinique. Nos conclusions ne justifient pas cette période excédentaire à l’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.