La décision de la Cour suprême du mois dernier, Advocate Health Care Network v. Stapleton, confirmant l’exemption de l’ERISA pour les régimes de retraite affiliés à l’Église, rappelait que tous les régimes d’avantages sociaux ne sont pas assujettis à l’ERISA. En effet, les employeurs à but non lucratif qui parrainent des régimes 403(b) peuvent choisir d’être exemptés de l’ERISA. Mais ils doivent marcher prudemment.

Pourquoi prendre ce chemin ?

Tout simplement, un régime autre qu’ERISA 403(b) ne serait pas assujetti au titre I de l’ERISA qui, entre autres dispositions, impose certaines exigences en matière de déclaration et de divulgation et impose des responsabilités fiduciaires à ceux qui ont un pouvoir discrétionnaire sur la gestion et les actifs du régime.

Ainsi, un plan 403(b) si un plan non-ERISA:

  • Ne déposerait pas le formulaire 5500 et les annexes connexes, y compris l’exigence de vérification, si plus de 100 participants ou plus;
  • N’a pas besoin de distribuer une description sommaire du plan aux participants; et
  • Seraient exemptés des exigences fiduciaires strictes d’ERISA.

Comment un plan 403(b) devient-il non-ERISA?

Très soigneusement.

Le Ministère du Travail ( » DOL « ) a toutefois fourni des orientations ou des points de refuge dans deux publications, le Bulletin d’Assistance sur le terrain 2009-02 et le Bulletin d’Assistance sur le terrain 2010-01, résumés comme suit:

  1. Les employés doivent participer au 403(b) sur une base volontaire.
  2. Seul l’employé ou le bénéficiaire peut faire valoir ses droits en vertu du contrat de rente ou du compte de dépôt.
  3. L’employeur ne verse aucune contribution.
  4. L’employeur ne reçoit aucune indemnité, sauf un montant raisonnable pour couvrir les dépenses liées aux fonctions de l’employeur en vertu des contrats.
  5. L’employeur n’a qu’une participation minimale à l’administration du régime, p. ex. il se limite à déposer les cotisations des employés, à permettre aux fournisseurs d’expliquer leurs produits et à offrir des choix de placement.

Comment un régime non-ERISA 403(b) pourrait-il se soumettre à l’ERISA?

Parfois, un pouvoir discrétionnaire se retrouve par inadvertance ou à son insu dans le régime, comme un employeur qui détermine l’admissibilité, traite les distributions et les prêts en cas de difficultés et détermine si une ordonnance de relations domestiques est une ordonnance de relations domestiques admissible. Cela inclut également l’embauche d’un administrateur tiers comme notre cabinet.

Cela signifie, bien sûr, que le plan 403 (b) pourrait être soumis aux exigences du titre I d’ERISA avec tout le temps et les dépenses nécessaires pour apporter les corrections requises du DOL – un sujet bien au-delà de cet article de blog.

Points à retenir

Voici quelques points à garder à l’esprit:

Tout d’abord, les promoteurs de régime devraient demander conseil à un avocat expérimenté d’ERISA que le plan 403(b) répond aux conditions de sécurité du DOL – et l’obtenir par écrit.

Deuxièmement, les promoteurs de régime devraient également examiner le régime chaque année pour s’assurer que le pouvoir discrétionnaire ne faisait pas partie du régime. Si c’est le cas, revenez au premier point.

Enfin, un plan 403(b) peut échapper à ERISA, mais deux autres obligations de conformité ne disparaissent jamais: 1) l’Internal Revenue Code et 2) les responsabilités fiduciaires en vertu de la loi de l’État – un sujet pour une autre fois.

Crédit photo: Can Stock Photo, artiste mbolina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.